Discussion:Quel autre autre nom pour la CNV

De NVCwiki
Aller à : navigation, rechercher

Pourquoi la page a disparu[modifier]

Hello Aurélia,

Peux tu me dire où est passé tout le texte de la page initiale ?

J'ai vu le premier jet mais là je ne vois plus que celle ci mais qu'en allant dans l'historique...

Bises

--Jean-François H. 5 mai 2011 à 19:52 (CEST)

Elle nous à donné la raison dans le résumé de sa modif :-)

« projet en attente de validation par les membres du groupe »

--Dieudonné 5 mai 2011 à 21:25 (CEST)

Pourquoi des liens hyper texte ?[modifier]

Hello,

Lorsque je lis l'article, je suis surpris par l'utilisation de liens hypertextes qui apparaissent en rouge puisque sans page associée. Est ce la volonté de créer des pages ou simplement la volonté d'accentuer les mots concernés ? Si c'est le second cas, je t'invite à utiliser cette écriture {{Rouge|Intention}} qui donnera Intention, même résultat sans diriger vers des pages vierges.

Si par contre, je vais trop vite et que ces pages vont vivre, cette question tombera toute seule !

Bises

--Jean-François H. 10 mai 2011 à 11:54 (CEST)

Coucou,

Tu as raison, je voulais les mettre en avant mais je n'ai pas fait gaffe que cela aller nous diriger sur d'autres pages. Je rectifie de suite ;-)

Des bisous--Aurelia 10 mai 2011 à 12:22 (CEST)

Suggestions complémentaires[modifier]

que diriez-vous d'utiliser plutôt des titres de niveau 2 ?

Je vous motre ce que ça donne et si ça ne vous plait pas je re-mettrais comme avant.

Au sujet de la page associée intitulée "Proposition de questionnaire" je la renomme en accord avec la proposition sur la page Aide:Choisir un titre de page.

--Dieudonné 10 mai 2011 à 12:48 (CEST)

Coucou Dieudonné,

Pour moi c'est très clair, j'aime beaucoup et ca me va bien si cela reste comme cela ;-) Merki à toi --Aurelia 10 mai 2011 à 13:32 (CEST)

Cool !

par contre, l'expression "pages filles" vient du fait que par la structure de leur nom contenant un "/" elles contiennent automatiquement en leur haut un lien vers leur "page mère". Est-ce qu'en retirant un "l" tu pensais au terme anglais "files", "fichiers" ?

On pourrait aussi appeler ça des "sous-pages", mais je trouvais ça moins joli ;-)

--Dieudonné 10 mai 2011 à 13:48 (CEST)

Ah oui, c'est cela je pensais au terme anglais, car il est peu courant (à mes yeux) de voir noté "pages filles", mais où sont les garçons ? Bon en même temps, je ne suis pas arrêtée là-dessus, tout me va bien ;-) --Aurelia 10 mai 2011 à 14:50 (CEST)

Violence et énergie vitale[modifier]

Se reporter au texte de la proposition.

-- Ajouté par Dilant, le 22 septembre 2011

L'idée me plaît ![modifier]

Merci Aurélia (et le groupe de travail associé of course) pour cette proposition. A la lecture de cette page, je suis plein d'espoir car il est important pour moi que les choses puissent évoluer en gardant une cohérence globale.

Je remarque qu'arriver avec une proposition de sensibilisation à la communication nonviolente dans les écoles peut vite faire lever le bouclier du "ah mais nous on est pas violents !", et faire fermer la porte avant qu'on ait pu y glisser le pied.. Et l'expression "communication bienveillante" bien qu'atténuée, peut recevoir la réaction : "vous sous-entendez qu'on est pas bienveillants ?"

Je vous rejoins sur l'idée d'éviter de choisir un nom dualiste, pour éviter un positionnement "bien-mal". Il me simple important que le nom apporte une clarté que communiquer et être "girafe" n'est pas mieux que communiquer ou être "chacal" mais que, si l'objectif que je me donne est d'avoir une relation harmonieuse à moi-même et à l'autre, alors "girafe" est fonctionnelle là où chacal ne l'est pas. Et cet aspect de fonctionnalité enlève tout jugement de valeur. Jugement de valeur, qui, je pense, peut se retrouver dans "consciente", car l'autre serait alors inconscient dans sa façon de communiquer. Même si je comprends le sens que ce mot a pour les utilisateurs de la CNV, je pense qu'il reste une interprétation de la posture intérieure de tout un chacun. Là où l'aspect fonctionnel n'est que pure constat : je regarde mon objectif, je regarde le résultat -> ça fonctionne ou non.

De plus, le processus CNV est très clair sur un point : la demande doit être dans l'action concrète, positive, négociable, et dans le présent. Et dire ce qu'on ne veut pas, c'est pas très CNV.. donc le nom en lui-même est en porte-à-faux de ce que le processus préconise. Si congruence nous voulons, cette réflexion sur le changement de nom ET son aboutissement concret me semblent fondamentaux.

Je m'interroge sur le cadre du questionnaire et je te livre mes interrogations :

1) Par qui doit-il être validé avant diffusion ?

2) A qui souhaites-tu le diffuser et sur une période de combien de temps ?

3) Certaines personnes auront-elles plus de poids que d'autres quant à la décision de changer de nom, et sur le choix du nom en lui-même ?

4) Pas vraiment une question : il me semble que le salon Zen, avec une grande quantité de passage sur le stand, peut vraiment être l'occasion de recueillir des avis, de pratiquants et aussi de gens qui n'y connaissent rien, justement pour la fameuse question du "quand j'entends CNV, qu'est-ce que ça me fait ?"

5) Qui s'occuperait de la diffusion et du traitement statistique ?

Questions en lien indirect :

6) Qui dit changement de nom dit nouveau logo, quelqu'un dans l'ACNV a-t-il les compétences pour s'occuper de cela ?

7) Je pense à plusieurs implications du changement de nom : notamment tous les livres/DVD estampillés CNV. Comment pour le néophyte, établir le lien entre un livre de CNV et le nouveau nom qui serait choisi ?

En tout cas, j'adore l'idée et me sens vraiment enthousiaste à l'idée de pouvoir contribuer à ce projet si le besoin s'en faire sentir de votre coté.

Christophe


Bonjour Christophe,

Merci pour ton retour attentif.

Si tu veux co-signer notre proposition, sois le bienvenu camarade ! Ainsi que de rejoindre le groupe. Chacun de nous ne dispose que de peu de temps, donc nous échangeons simplement par courriel sur l'essentiel pour faire avancer le projet.

Donc n'hésite pas à me faire un mail à thdilan@yahoo.fr , tu pourras par ex participer à l'enquête cf point 2)

Je partage tout à fait ton analyse sur l'importance que le nom soit apolaire, sans jugement de valeur, mais rende compte simplement du processus de la CNV, qui est un processus conscient.

De fait, la dimension de la conscience ou de la présence est centrale en développement personnel.

Tu parles de "congruence". La dernière fois que j'ai entendu ce mot c'est au sein du MKP. En ferais tu partie ?

Pour tes questions

1) Aurelia m'a dit que nous avons le feu vert pour faire l'enquête.

2) et 5) Nous sommes cinq dans le groupe, peut-être 6 avec toi. Dans un 1er temps, nous allons soumettre le questionnaire à nos contacts (internes et externes à la CNV, puisqu'il y a 2 questionnaires en fait).

Le questionnaire sera rempli de préférence via un site Internet qui permet un traitement automatisé des réponses. C'est Alexandra qui s'occupe de cette mise en ligne et va nous donner le feu vert incessamment.

A partir de là nous ferons un point début octobre et rendrons compte de l'avancée du projet au Cercle France des 15-16 octobre.

3) Je n'imagine pas que certaines personnes aient plus de poids que d'autres.

Notre approche en tout cas est démocratique, avec un mode de fonctionnement par vote comme en AG.

4) Super idée le salon Zen ! Je vais essayer d'en parler à Caroline. Seras-tu sur le stand ? Auquel cas je peux t'envoyer le questionnaire et tu pourrais le soumettre.

6) La question du changement de logo me semble prématurée à ce stade. Mais on pourra par ex se référer à l'auteur... du logo actuel ;-)

7) Effectivement, il faudra songer à tous ces aspects. Cela demandera un peu de travail, des rééditions de livres etc., mais j'ai confiance.

Thomas --Dilant 22 septembre 2011 à 15:57 (CEST)


Salut Thomas,


Merci pour ta réponse. Je t'enverrai un e-mail bientôt pour être dans la boucle.

Concernant le MKP, je n'en fait pas partie, mais la question des groupes d'hommes et des rites initiatiques me touche particulièrement.


Mes réponses :

Ok pour moi de vous rejoindre dans cette dynamique. J'aimerais pouvoir partager avec Alexandra sur la technique pour mettre en ligne ce genre de questionnaire avec traitement auto, car je cherche à faire la même chose pour le recensement des contributions dans le réseau CNV. Cela me soulagerait de pouvoir être aidé par quelqu'un de compétent sur le sujet. Serais-tu ok pour nous mettre en lien ?


Concernant le salon zen, j'y serais les 5 jours, avec l'axe suivant : vendredi, consacré à l'éducation pour moi avec priorité pour cet axe. Et tous les jours participations aux ateliers du TFDV. Le reste du temps je serai sur le stand ou ailleurs dans le salon. A l'idée de porter seul la propagation du questionnaire sur le salon zen (ainsi que la logistique préparatoire (impression notamment), je me sens un peu inquiet car j'aimerais avoir du soutien pour cela. D'autres membres du groupe seront-ils présents sur place ?


A bientôt

Christophe 23 septembre 2011 à 0:00 (CEST)

Et moi je me sens très mal à l'aise avec cette proposition[modifier]

Plusieurs points sont semblent-t-il à considérer :

Sur le plan organisation et appartenance

  1. Nous n'avons pas la main sur l'appellation CNV qui appartient au CNVC et à Marshall
  2. A la limite le nom de l'ACNV pourrait être modifié mais cela ne se fera qu'en AG
  3. Enfin personnellement, c'est bien cette conscience qui m'a fait m'engager

Sur le plan de la clarté

  1. Oui bien sûr qu'il y a de la violence en chacun de nous (volontaire ou non, consciente ou non), en avoir la conscience représente le premier pas de nos apprentissages, le nier fait perdre le sens et le fond des formations
  2. Si j'entends que non violente présente un risque de "rejet" lorsqu'il est annoncé sans accompagnement, j'ai envie de dire que ce n'est pas en cassant le thermomètre que nous guérirons le malade,

Alors, essayons de trouver une stratégie de communication ménageant l'ensemble des sensibilités et c'est dans ce sens que je préfèrerais que le questionnaire nous aide.

--Jean-François H. 14 septembre 2011 à 19:31 (CEST)


Bonjour Jean-François,

Je reprends tes points dans l'ordre :

  • Il m'est revenu que ce débat sur le nom est chronique et que Marshall lui-même s'est longuement et même continuerait de s'interroger à ce propos. Donc notre démarche est d'être une force de proposition et que ce débat soit tranché.

Cf. notre texte : si l'enquête montre qu'il y a une majorité en faveur du statu quo --> Dont acte.

A ce moment, une communication sur le nom permettrait d'éclairer, d'accompagner comme tu dis, ceux auxquels il ne parle pas.

  • Après, seul le nom francophone peut-être changé. Et bien sûr cela se passe alors en AG.
  • Sur le fond :

Je comprends le désir de dire "non" à la violence, et cela fait réellement sens. Cela mériterait d'ailleurs d'être rajouté dans le texte, concernant la légitimité du nom actuel.

Après la question est de savoir si, pour arriver à l'harmonie et à la créativité, entre autres bienfaits de la CNV, il est plus efficace de dire "non à la violence" ou "oui à la conscience" ou "oui à la présence".

Rien que là tout de suite en l'écrivant, personnellement j'ai des meilleures sensations dans mon corps avec les deux dernières propositions (plus d'amplitude, de globalité, de détente). Et toi ?

Je suis favorable à une stratégie de communication qui ménage l'ensemble des sensibilités ; sur le nom, oeuvrons à trouver un nom qui ménage, à défaut de toutes, le plus grand nombre de sensibilités.

Thomas --Dilant 22 septembre 2011 à 16:37 (CEST)


Salut Thomas,

Tous tes arguments sont effectivement recevables et parlent de toi. Avant de te répondre sur ce qui m'habite, permets moi de préciser qu'à mon avis, quelque soit le nom choisi, il y aura débat et c'est normal lorsque cela touche à l'intime de la personne.

Sinon pour moi, lire d'autres termes que Communication NonViolente est violent pour plusieurs raisons :

  1. Comme tu le dis, Marshall s'est interrogé sur le nom et il en a conclut que NVC (CNV en français) était le terme approprié puisqu'il n'a pu en donner un autre aussi représentatif de son processus. Donner un autre nom n'a pas trouvé sens chez lui... Il me semble aussi que parler de "Communication Non Violente" est une des sources de difficultés et d'incompréhension. Le ressenti n'est pas du tout le même lorsque nous parlons du Processus de Communication NonViolente qui est au service d'une relation apaisée. Le raccourci pris en parlant de CNV peut être effectivement trop rapide. Je ne fais pas de Communication NonViolente mais j'utilise le processus de CNV.
  2. Donner un autre nom ne respectera pas mon besoin de clarté sur mes intentions. C'est de la non violence que je souhaite avec chacun, ami ou non, ce n'est pas un quelconque état de bienveillance. En effet, je ne présume pas des relations que je pourrais ou non lier avec une personne tant que je n'ai pas pu faire en sorte que notre relation soit non violente.
  3. Avoir la conscience qu'il y a de la violence en nous est un long chemin. Je m'en aperçois tout les jours chez moi et aussi avec les personnes que je rencontre hors et dans notre réseau. Pour moi changer de nom serait perdre mon phare, ma balise vers un monde sans violence.
  4. Ce n'est pas parce que les personnes nient leur violence lors des premiers contacts qu'il faille changer de bannière. Cette conscience peut effectivement vite évoluer pour autant qu'une écoute empathique ajustée en face montre justement la beauté du chemin lorsqu'elle est acceptée. J'en ai fait plusieurs fois l'expérience sans être gêné d'aucune manière.
  5. Enfin, pour moi, il est inconcevable que la partie francophone du réseau change de nom alors que le CNVC a déposé un Copy Right sur le terme NVC. Je ne conçois pas cette séparation d'avec le CNVC qui pourrait être vécu comme une sécession.

Pour toutes ces raisons, je ne soutiendrai pas un changement de nom. Je préfèrerais de loin que nous définissions une stratégie de communication afin de goûter au processus entier, nom compris. J'aimerais également voir l'expression des Formateurs français certifiés par le CNVC

Et pour conclure, juste un point de fonctionnement : nous ne sommes pas dans une démarche démocratique car nos modes de décision à l'ACNV sont sociocratiques, c'est à dire une décision au consentement, toutes objections levées et non au plus grand nombre.

--Jean-François H. 23 septembre 2011 à 11:06 (CEST)

Une idée de nom[modifier]

Dans une interview réalisée en 2007, Chine Lanzmann, créatrice de womanimpact, et coach spécialisée pour les femmes parlent de la CNV sous ce nom :


Communication Créatrice de Valeur


J'aime ! Cela fait sens pour moi, je trouve ce nom neutre en terme de jugement et très clair quant à ma vision de ce que peut apporter le procédé.

Christophe 23 septembre 2011 à 11:31 (CEST)

Et pour donner sens à mon propos[modifier]

Je serais à l'aise d'utiliser <<Communication Créatrice de Valeur en utilisant le processus CNV>> comme d'autres appellations d'ailleurs pour qualifier la communication.

Nous ne sommes ainsi pas obligés de changer de nom du processus, de l'association, des supports, livres et autres écrits. Le processus fixe le cadre dans lequel nous agissons, à chacun de se l'approprier sans le mettre en étendard.

Pour moi il est essentiel que les personnes se sentent bien avec leur intention ET LE Processus. Ce n'est pas le processus qui décrit l'intention, il décrit le cadre ou comment atteindre cette intention.

Marshall le dit d'ailleurs que le terme CNV qualifie le processus et que les personnes peuvent se sentir libres de parler de communication bien veillante ou empathique ou ...

--Jean-François H. 23 septembre 2011 à 14:58 (CEST)


Merci pour cet éclairage Jean-François.

J'aime bien l'idée que tu proposes, ça résonne bien en moi et je me sens vraiment à l'aise avec l'idée de parler de la CNV comme ça.

Christophe 24 septembre 2011 à 12:58 (CEST)


Bonjour Jean-François, Bonjour Christophe,

J'ai bien pris note de vos remarques, et j'apprécie ce débat et de rencontrer des sensibilités différentes.

Même si je trouve l'idée belle, je doute de l'efficacité (rayonnement...) de distinguer nom du mouvement / nom du processus.

"Communication créatrice de valeur" ne me dérange pas mais ne m'interpelle pas non plus. Pour moi, le processus CNV est avant tout un processus en conscience, en présence. A mon sens, la source de la CNV est là. Si on la simplifie à l'extrême, que reste-t-il ? Cette présence me paraît être la voie et le but.

Je suis d'accord pour le "non" à la violence. Cela a vraiment du sens.

Mais outre les inconvénients mentionnés dans notre texte, le "oui" à la présence ou à la conscience (c'est la même chose pour moi) me parle davantage...

Thomas --Dilant 29 septembre 2011 à 10:48 (CEST)


Je pense que le sens complet de mon propos n'est pas totalement compris, je précise :

Quelque soit le nom utilisé pour qualifier la communication, il n'en reste pas moins que le processus CNV continuera à s'appeler CNV.

Nous expliquons ici (ACNV/Présentation#Notre approche) l'utilisation de ce processus et parler de Communication NonViolente sans l'accompagner par ce sens peut effectivement poser problème. Et si j'accueille le oui à la conscience ou à la présence le non à la violence me parle beaucoup plus en profondeur.

Voilà juste ce que je voulais dire.

--Jean-François H. 29 septembre 2011 à 11:17 (CEST)