🍪
Les témoins (cookies) nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des témoins. Plus d’informations

Portail:Education

Révision datée du 14 novembre 2006 à 10:45 par Dieudo (discussion | contributions) (Un stage de formation CNV dans un lycée de l’enseignement public)

Témoignages

Un stage de formation CNV dans un lycée de l’enseignement public

Nous avons réussi à organiser un stage de formation en CNV au lycée Antoine de Saint-Exupéry de La Rochelle, prévu pour janvier prochain et qui sera animé par Thierry Mourman, formateur certifié CNV.

Constatant la difficulté de proposer une telle formation au sein de l’Education Nationale, nous souhaitons partager ici notre expérience espérant ainsi encourager nos collègues sensibles à la CNV à se lancer dans une dynamique comparable.


Ce qui nous semble important dans cette démarche c’est de ne pas imposer une telle formation, mais d’en susciter la demande de la part des collègues et de l’administration de l’établissement. Nous avons été confrontés à quelques résistances qui relevaient en fait de la peur ou de la méfiance face à cette innovation dans le rapport classique élève-enseignant.

Afin de proposer cette formation CNV, encadrée par un formateur non-enseignant, nous avons été extrêmement attentifs aux sentiments et aux besoins exprimés ou suggérés par la communauté scolaire du lycée, en salle des professeurs et lors des diverses réunions qui rythment l’année. En particulier une large réflexion fut proposée par notre administration concernant la baisse de motivation des élèves de Seconde face à la réussite scolaire.

Nos rencontres avaient pour objectif de mettre en place des outils et des stratégies pour remotiver les élèves en difficultés afin de diminuer les réorientations et les redoublements. Très vite nous avons constaté que ces réunions se résumaient principalement au témoignage d’anecdotes illustrant le constat de départ : nos élèves ne travaillaient pas ! L’ensemble des participants semblait toutefois d’accord sur le fait que les principales souffrances exprimées par les élèves et les enseignants eux-mêmes, étaient dues à la difficulté de communiquer.

A l’issue de ces réunions, chacun ressentait frustration et découragement, car aucune proposition satisfaisante n’émergeait. C’est dans ce contexte que nous avons proposé d’organiser une formation en CNV, afin d’explorer d’autres pistes et tenter de mieux répondre aux difficultés unanimement exprimées.

Faisant valoir que l’enseignant était un professionnel de la communication, mais que paradoxalement il n’était pas tellement formé à la communication mais plutôt à la transmission de savoirs, il nous est apparu nécessaire de nous prendre en charge pour mieux rentrer en relation avec un public d’élèves de plus en plus hétérogène. Le processus CNV n’était pas connu par nos collègues, et pour lever certaines méfiances, nous avons présenté la CNV comme étant une démarche peu éloignée de la Programmation NeuroLinguistique mieux connue par une partie du milieu enseignant du lycée, car cette dernière apparaît dans les programmes scolaires des sections STG. Il nous a paru important de présenter la CNV comme un outil efficace dans la relation quotidienne élève-enseignant et dans la gestion et le désamorçage des conflits, dans la mesure où il prend en compte les besoins de chacun. Naturellement, nous avons veillé à rester fidèle au processus lorsque nous avons fait cette proposition aux collègues, soucieux d’être à la fois cohérents avec nous-mêmes et respectueux de ce qu’ils peuvent vivre.


La réussite de cette démarche tient également au soutien de notre administration qui a pesé de tout son poids pour l’accord du rectorat. Il a été également nécessaire de trouver une solution financière pour rémunérer un formateur « hors Education Nationale ». Le lycée a complété le financement rectoral sur ses fonds propres. La motivation des collègues pour ce stage (les demandes d’inscription ont dépassé les 14 places ouvertes) a conforté l’administration dans son soutien à cette action.


Nous pensons que la proposition d’une conférence par un formateur certifié, programmé un jour de pré-rentrée peut être une stratégie utile pour informer et motiver une demande de stage. L’essentiel étant de suggérer une formation CNV lorsque l’environnement de l’établissement est prêt à l’accueillir.


En résumé, notre expérience révèle les étapes suivantes :

  • être attentif à ce que l’environnement de l’établissement soit réceptif à cette proposition de formation.
  • S’appuyer sur les souffrances exprimées pour motiver la communauté à réagir (dépasser l’étape du constat récurrent et stérile).
  • S’assurer du soutien actif de l’administration.
  • Répondre avec bienveillance aux questions parfois étonnantes des collègues.
  • Prendre son temps dans la conduite du projet, respecter son rythme et celui de la communauté scolaire (une année entière pour nous).



Yann Dussubieux
Céline Deshayes
Enseignants au lycée Antoine de Saint-Exupéry
La Rochelle
yann (point) dussubieux (chez) laposte (point) net


Une classe au service de la vie

Voici ce que j'ai crée (osbdcnv.skyblog.com) pour une classe suite à l'écoute des besoins des élèves et des miens : un site internet qui le prolongement de la classe. J'ai à coeur ici d'en exprimer le sens :

A) Ce "forum d'écoute et d'expression" est un prolongement de la classe :

- Je tiens à garder ma place de "prof" et de vivre, ici, une relation "prof-élève". Par exemple et par souci de cohérence, je n'inscris pas mon prénom quand je réponds à un élève sur ce blog(ou ailleurs), j'écris "Mr Walnier" et je lui demande de me de dire "vous".

- Je réponds, ici, uniquement à des questions sur la matière et à des réflexions que te tiennent les élèves "sur ce qu'il se passe en classe" (le relationnel entre eux et avec moi). Je choisis de ne pas répondre à ce genre de questions : "Que faitez-vous ce week-end?" etc. Tout ce dont j'ai besoin, ce sont des limites claires et je tiens à préciser ici qu'elles sont posées

B) Ce forum a du sens pour les élèves car il nourrit des valeurs qui leur appartiennent. Celles-ci sont clairement exprimées (pas de manipulation) :

Pour ce faire, je vais expliquer ici comment j'en suis venu à créer cet espace.

Suite à des conflits et à un besoin de changement général du climat de la classe, j'ai interrogé les élèves en leur demandant quels besoins n'étaient pas satisfaits en classe. Pour y arriver, je leur ai posé des questions sur une feuille. Afin de les aider à les exprimer et à économiser le papier, je leur ai proposé des listes de sentiments/besoins sur Internet (1er sens, but du blog : aider l'élève à exprimer ce qu'il vit ce qui est un savoir-être. Il y a donc, avant tout, un but pédagogique). Ils ont répondu aux questions chez eux ou en classe. Après les avoir lues, j'ai observé et vérifié chez eux (en leur demandant) qu'il y a un besoin d'écoute, d'expression et de d'informations/précisions/clarifications sur des petits points de matière incompris (ce dernier nourrit autre chose :la compréhension en profondeur de la matière qui assure ... la réussite des interros/examens). Je leur ai dit alors : "Ok, j'ai envie de vous écouter, de vous laisser vous exprimer et en même temps, je souhaiterais le faire tout en progressant dans la matière.J'ai besoin d'un équilibre entre les 2. Comment allons-nous faire ?"

Au départ, deux stratégies me sont venues à l'esprit pour que les valeurs de tous soient satisfaites :

1) Laisser du temps en classe pour les écouter, les laisser s'exprimer.

2) Ouvrir un espace de parole sur le temps de midi/10h. Elle est peu confortable pour tous je crois : nous mangeons à midi, ils se détendent ... bref ils comblent d'autres valeurs importantes à leurs yeux. De même, j'oeuvre sur 3 écoles et je ne sais être présent que le mardi et le jeudi (midi/10h) et le vendredi (10 h). Leurs besoins sont peu comblés... Comment faire ???

Alors me vient une idée : 3) proposer le skyblog (uniquement mis en place pour les listes à la base) comme un lieu d'écoute et d'expression dans lequel je garde ma place de prof. Je le mets alors en place (en ouvrant un nouvel article) et je constate, en lisant leurs commentaires, que leurs besoins commencent à être satisfaits.

Pour moi, les élèves y comblent leurs besoins :(c'est à lire en cascade, j'indique en () ce qu'apporte ce "forum" et j'exprime si j'ai vérifié ou non si ce besoin est comblé ou pas car j'ai l'intention d'être honnête et sincère avec vous et cohérent vis-à-vis de la réalité)

- d'écoute (besoin vérifié et 2eme sens)
- d'expression (vérifié et 3eme sens)
- demande des informations/explications/précisions sur la matière/consignes/objectifs d'évaluation (vérifié et 4eme sens) en posant des questions "urgentes" (voir article ci-dessous si besoin de précisions). Je réponds, bien entendu, à toutes les questions qu'ils me posent en classe.
- ce qui leur permet un possible : mieux la/les comprendre (non-vérifié pour le moment, de l'ordre du "possible", (j'ai espoir que oui) 5ème sens ) en profondeur (idem précédent 6eme sens). Tout cela contribue à leur réussite (idem 7ème sens). Car, c'est aussi tout ce que je souhaite : faciliter leur réussite(8eme sens).

Vous avez besoin de concret pour être vraiment rassuré quant à la véracité de mes dires ? Pour ce faire, je vous invite à lire l'ensemble des commentaires/articles qui se trouvent dans ce blog.

Voilà, j'ai terminé d'en expliquer le sens. Je souhaiterais savoir si c'est clair. Est-ce que vous percevez bien ce qui m'a poussé à ouvrir, créer cet espace ? Ressentez-vous des réticences ? Si oui, est-il possible de les formuler ? Cela m'aiderait. Merci !

Je souhaiterais finir en exprimant ma gratitude.

Je suis touché en lisant"vos mercis", élèves de 2ème de E/S car mon besoin d'être rassuré que l'énergie que je dépense, les démarches que j'entreprends aient bien un sens, une utilité ... est pleinement comblé ! Oui, ouvrir cet espace, me permet de contribuer à votre réussite. En même temps, il me permet de contribuer à votre bien-être car vous êtes, avant tout, humains. C'est une façon, pour moi, d'exprimer le respect que j'ai pour vous et je ferai tout pour que cet espace continue à Vivre ... pour nous tous.

Alexandre/clidre