Historique des besoins : Différence entre versions

De NVCwiki
Aller à : navigation, rechercher
m (mise en forme)
(réintégration des Sous-Sections "Lane" et "Holley")
Ligne 9 : Ligne 9 :
  
 
J'ai assisté à mon premier atelier en 1973.  Alors que les autres phases du processus n'ont presque pas bougé (les comportments, les sentiments, les souhaits, l'empathie),  j'observe des changements importants à la troisième.  Je crois que les besoins ne sont pas entrés en scène avant le début des années 90s (je n'ai pas vérifié tous les documents de séance que j'ai reçus pour établir la première date de l'inclusion des besoins).  Cependant, lors de mon premier atelier, Marshall décrivit la troisième phase en disant "parce que tel souhait".  Les besoins ne figuraient pas dans les textes (A Manual for Responsible Thinking and Communicating, 1972).  En 1976 (From Now On), la description de la troisième phase se lisait "qu'est-ce qui se passe en moi et qui contribue à ce que j'ai les sentiments qui m'habitent en cet instant ?"  Les associations avec des souhaits du passé, les interprétations actuelles, les anticipations et la conscience des souhaits comblés et non comblés en constituaient les "formes" y énumérées.  En 1979 (From Now On), intervient un léger changement : "que suis-je en train de faire et qui contribue à ce que j'ai les sentiments qui m'habitent en cet instant tenant compte de mon vécu, d'événements futurs dans mon imaginaire et des valeurs considérées comme choix éventuels.  En 1982 (A Model for Nonviolent Communication), la troisième phase devint "ce qui a des la valeur pour moi".  En 1987, la publication 'Nonviolent Communication Workbook' décrivit la troisième phase ainsi : "les désirs qui engendrent les sentiments". [...]
 
J'ai assisté à mon premier atelier en 1973.  Alors que les autres phases du processus n'ont presque pas bougé (les comportments, les sentiments, les souhaits, l'empathie),  j'observe des changements importants à la troisième.  Je crois que les besoins ne sont pas entrés en scène avant le début des années 90s (je n'ai pas vérifié tous les documents de séance que j'ai reçus pour établir la première date de l'inclusion des besoins).  Cependant, lors de mon premier atelier, Marshall décrivit la troisième phase en disant "parce que tel souhait".  Les besoins ne figuraient pas dans les textes (A Manual for Responsible Thinking and Communicating, 1972).  En 1976 (From Now On), la description de la troisième phase se lisait "qu'est-ce qui se passe en moi et qui contribue à ce que j'ai les sentiments qui m'habitent en cet instant ?"  Les associations avec des souhaits du passé, les interprétations actuelles, les anticipations et la conscience des souhaits comblés et non comblés en constituaient les "formes" y énumérées.  En 1979 (From Now On), intervient un léger changement : "que suis-je en train de faire et qui contribue à ce que j'ai les sentiments qui m'habitent en cet instant tenant compte de mon vécu, d'événements futurs dans mon imaginaire et des valeurs considérées comme choix éventuels.  En 1982 (A Model for Nonviolent Communication), la troisième phase devint "ce qui a des la valeur pour moi".  En 1987, la publication 'Nonviolent Communication Workbook' décrivit la troisième phase ainsi : "les désirs qui engendrent les sentiments". [...]
 +
 +
 +
 +
 +
=== Lane ===
 +
 +
 +
=== Holley ===
 +
  
 
[[en:Needs history]]
 
[[en:Needs history]]
 
[[Catégorie:traduction en cours]]
 
[[Catégorie:traduction en cours]]

Version du 2 mai 2006 à 11:06

Traduction en cours. Merci de vous créer un compte (en haut à droite), pour que l'on puisse plus facilement dialoguer autour de la traduction :)
La VO de cette page est indiquée dans la colonne de gauche sous l'onglet autres langues.

Un échange à ce sujet

Allan

J'aime bien connaître l'évolution et l'histoire des idées qui ont du sens pour moi. J'ai envie de partager avec vous mes propres souvenirs qui pourraient constituer un cadre pour montrer les étapes qui ont conduit à l'introduction dans le processus de la phase des besoins.

J'ai assisté à mon premier atelier en 1973. Alors que les autres phases du processus n'ont presque pas bougé (les comportments, les sentiments, les souhaits, l'empathie), j'observe des changements importants à la troisième. Je crois que les besoins ne sont pas entrés en scène avant le début des années 90s (je n'ai pas vérifié tous les documents de séance que j'ai reçus pour établir la première date de l'inclusion des besoins). Cependant, lors de mon premier atelier, Marshall décrivit la troisième phase en disant "parce que tel souhait". Les besoins ne figuraient pas dans les textes (A Manual for Responsible Thinking and Communicating, 1972). En 1976 (From Now On), la description de la troisième phase se lisait "qu'est-ce qui se passe en moi et qui contribue à ce que j'ai les sentiments qui m'habitent en cet instant ?" Les associations avec des souhaits du passé, les interprétations actuelles, les anticipations et la conscience des souhaits comblés et non comblés en constituaient les "formes" y énumérées. En 1979 (From Now On), intervient un léger changement : "que suis-je en train de faire et qui contribue à ce que j'ai les sentiments qui m'habitent en cet instant tenant compte de mon vécu, d'événements futurs dans mon imaginaire et des valeurs considérées comme choix éventuels. En 1982 (A Model for Nonviolent Communication), la troisième phase devint "ce qui a des la valeur pour moi". En 1987, la publication 'Nonviolent Communication Workbook' décrivit la troisième phase ainsi : "les désirs qui engendrent les sentiments". [...]



Lane

Holley