Discussion:Quel autre autre nom pour la CNV

De NVCwiki
Révision datée du 29 mai 2011 à 16:13 par Dilant (discussion | contributions) (Violence et énergie vitale : nouvelle section)
Aller à : navigation, rechercher

Pourquoi la page a disparu

Hello Aurélia,

Peux tu me dire où est passé tout le texte de la page initiale ?

J'ai vu le premier jet mais là je ne vois plus que celle ci mais qu'en allant dans l'historique...

Bises

--Jean-François H. 5 mai 2011 à 19:52 (CEST)


Elle nous à donné la raison dans le résumé de sa modif :-)

« projet en attente de validation par les membres du groupe »

--Dieudonné 5 mai 2011 à 21:25 (CEST)

Pourquoi des liens hyper texte ?

Hello,

Lorsque je lis l'article, je suis surpris par l'utilisation de liens hypertextes qui apparaissent en rouge puisque sans page associée. Est ce la volonté de créer des pages ou simplement la volonté d'accentuer les mots concernés ? Si c'est le second cas, je t'invite à utiliser cette écriture {{Rouge|Intention}} qui donnera Intention, même résultat sans diriger vers des pages vierges.

Si par contre, je vais trop vite et que ces pages vont vivre, cette question tombera toute seule !

Bises

--Jean-François H. 10 mai 2011 à 11:54 (CEST)


Coucou,

Tu as raison, je voulais les mettre en avant mais je n'ai pas fait gaffe que cela aller nous diriger sur d'autres pages. Je rectifie de suite ;-)

Des bisous--Aurelia 10 mai 2011 à 12:22 (CEST)


Suggestions complémentaires

que diriez-vous d'utiliser plutôt des titres de niveau 2 ?

Je vous motre ce que ça donne et si ça ne vous plait pas je re-mettrais comme avant.

Au sujet de la page associée intitulée "Proposition de questionnaire" je la renomme en accord avec la proposition sur la page Aide:Choisir un titre de page.

--Dieudonné 10 mai 2011 à 12:48 (CEST)


Coucou Dieudonné,

Pour moi c'est très clair, j'aime beaucoup et ca me va bien si cela reste comme cela ;-) Merki à toi --Aurelia 10 mai 2011 à 13:32 (CEST)


Cool !

par contre, l'expression "pages filles" vient du fait que par la structure de leur nom contenant un "/" elles contiennent automatiquement en leur haut un lien vers leur "page mère". Est-ce qu'en retirant un "l" tu pensais au terme anglais "files", "fichiers" ?

On pourrait aussi appeler ça des "sous-pages", mais je trouvais ça moins joli ;-)

--Dieudonné 10 mai 2011 à 13:48 (CEST)

Ah oui, c'est cela je pensais au terme anglais, car il est peu courant (à mes yeux) de voir noté "pages filles", mais où sont les garçons ? Bon en même temps, je ne suis pas arrêtée là-dessus, tout me va bien ;-) --Aurelia 10 mai 2011 à 14:50 (CEST)

Violence et énergie vitale

La violence procède de l’énergie vitale, dont elle est une forme dégradée, brutale et inconsciente. Mais le risque me paraît réel, en étant dans le déni de la violence, de se couper de l’énergie vitale, de « jeter le bébé avec l’eau du bain » (expression horrible mais ici pertinente) ; et de créer un monde confinant à la bulle stérile et à la mièvrerie. Car il n’y a pas de sexualité, pas de créativité artistique ou encore de performance sportive sans énergie vitale. Si je suis coupé de mon énergie vitale, je ne peux être pleinement en contact avec moi-même. « Nous ne sommes pas vrais tant que nous nous gardons, seul l’éclair qui nous embrase tout entier révèle la chair à l’esprit, et l’esprit à la chair » disait S. Zweig (M’éloignes-tu...). « Seul qui se perd entier est donné à lui-même. Seulement si tu t’enflammes, tu connaîtras le monde au plus profond de toi » (Ouvre-toi...). C’est pourquoi « Avant de parvenir à la lumière, l’homme doit traverser sa propre violence  » (A. Jodorowski, La Tricherie sacrée). L’ancrage dans l’énergie vitale correspondrait au hara japonais, célébré notamment par K. G. Dürckheim. Sans cet ancrage, le cœur est en proie aux sensibleries, et la pensée ergote dans des bavardages vains. Or voilà un jugement, quant à une dérive de la pratique de la CNV, qui a déjà été exprimé ici ou là. Ainsi, de mon point de vue, arriver au résultat de la non-violence a plus de chances de se faire en conscientisant la violence et en la transformant, au service de la vie, plutôt qu’en la niant.