Différenciations clefs (première version)

De NVCwiki
(Redirigé depuis Différenciations clefs)
Aller à : navigation, rechercher

À noter : celles validées par le CNVC sont sur la page Différenciations-clefs (certification).

L'observation[modifier]

Options menant à l'impasse[modifier]

Ce que je vois est vrai,

Ce que je sais est vrai,

Ce que je sens est vrai,

Ce que je pense est vrai,

Les choses sont telles que je les vois,

Si tu ne vois pas les choses comme moi, c'est que tu regardes mal.

Options créatives[modifier]

Il n'y a pas de regard objectif

Je vois la vie, les choses, les gens à travers mes filtres colorés

Je donne à ce que j'observe le sens que les choses ont pour moi

Je suis à 100% responsable de la réalité que je crois observer

Ce qui est vrai pour moi ne l'est pas nécessairement pour un autre

J'ai tendance à voir dans le présent ce que j'ai enregistré dans le passé

Voir les choses d'un point de vue de "non-savoir" offre davantage de puissance et de possibilités créatives

Je peux choisir de voir les choses avec un regard différent

Il es plus facile de modifier notre perception des autres que de changer les autres

La manière dont nous percevons les autres nous en dit plus sur nous-mêmes que sur eux

Il m'est utile de m'observer moi-même

Le sentiment[modifier]

Stratégies menant à "une impasse"[modifier]

Être dans l'émotion est une faiblesse

Quelqu'un qui exprime ses émotions est bourré de problèmes

Il "faut" contrôler ses émotions

Un homme ne pleure pas

Je suis fort, je ne ressens rien

Les personnes émotionnelles sont difficiles à vivre

J'ai peur de mes émotions

J'ai honte de mes émotions

Analysons, il "faut" comprendre pourquoi ...

Stratégies créatives[modifier]

Quel que soient mes ressentis, ils sont OK

Je ne pense pas mes sensations, je les sens

J'ai besoin d'écouter mes ressentis, pas de les interpréter

Tout ressenti d'inconfort exprime des besoins insatisfaits

Tout ressenti de confort exprime un besoin satisfait

Je ne suis pas ce que je ressens

Avoir un ressenti neutre

Passer d'une émotion à l'autre est facile

Le besoin[modifier]

Options menant à "l'impasse"[modifier]

Tu DOIS t'occuper de mes besoins

Tu n'as pas besoin de ça !

Je sais ce dont tu as besoin

J'ai besoin de toi ...

Options créatives[modifier]

Avoir des besoins fait partie de la vie

Mes ressentis sont l'expression de mes besoins

Reconnaître et identifier mes besoins me permettent de les satisfaire

Reconnaître un besoin est déjà un début de solution

Dans la conscience de mes besoins, je peux respirer et m'apaiser

Je peux toujours prendre mes besoins en charge

Je peux entendre les besoins des autres derrière leurs ressentis et attitudes

La demande[modifier]

Stratégies "d'impasse"[modifier]

Tu dois ...

C'est mon droit de ...

Tais-toi et écoute moi

C'est ton devoir de ...

Je ne devrais pas te le demander ... tu devrais le savoir, le sentir par toi-même

Stratégies créatives[modifier]

La seule vraie personne en charge de prendre mes besoins, c'est moi

Personne ne me doit rien

Les besoins des autres sont aussi importants que les miens

Il n'y a pas de besoin supérieur à un autre besoin

Si j'attends quelque chose des autres, je formule des demandes ouvertes (réponses : oui/non), positives (pas de "ne pas"), explicites, réalistes et qui laissent le choix

Le chacal[modifier]

Une métaphore pour la communication qui se coupe de la vie. Il est utilisé en CNV pour symboliser des comportements précis. Il ne représente pas une personne, il symbolise un aspect de toute personne qui se fait violence et fait violence : jugement, croyance, binarité, déresponsabilisation sur soi, les autres, la vie.

Une des définitions d'un chacal : une girafe avec un défaut d'élocution

Jugement sur soi, l'autre, la vie[modifier]

exemple : "Je suis gros, tu es laid, la vie est injuste"

Croyance sur soi, les autres, la vie

"J'arriverai jamais à quelque chose dans la vie, tous les profs sont des nazes, la vie est un combat"

Binarité sur soi, les autres, la vie[modifier]

"Je suis beau ou laid, elle est cool ou pas, si tu es riche tu es heureux"

Déresponsabilisation sur soi, les autres, la vie[modifier]

"Il faut le faire parce que c'est le règlement, tu dois, il faut toujours positiver dans la vie même si tu es triste, tu dois pas l'être d'ailleurs !"

1) Il mélange le sentiment avec le besoin (il prend l'amour pour un sentiment ce qui est un poison pour les relations de couple)

2) Il mélange le sentiment avec l'observation (exemple : Jules écrit comme un cochon ... une girafe dirait : "j'ai de la difficulté à lire l'écriture de Jules ou "Marc est nul au foot" ... une girafe dirait : Marc n'a pas marqué de buts en 5 matchs),

3) Il mélange la demande avec le besoin (le classique "j'ai besoin de toi"; une girafe dirait : j'ai à coeur de recevoir de l'amour, de la tendresse, est-ce que c'est possible de me prendre dans tes bras là maintenant ? ou encore "j'ai besoin de me venger" la girafe dirait : j'ai besoin de justice, d'équité et formule une demande)

4) Il formule des exigences ... alors qu'il aime la liberté et avoir le choix

5) Pour lui tout est noir OU blanc : soit je m'occupe de moi soit des autres ... soit je suis manuel ou intellectuel ... il a donc un langage qui divise ... la Girafe a un langage qui rassemble : je suis intellectuel et manuel, je m'occupe des besoins des autres et des miens en même temps.

5) Il juge

6) Il utilise la punition, la récompense parce qu'il n'a pas appris d'autre manière pour arriver à combler ses besoins qu'en utilisant ces moyens-là (une girafe ne donnera que parce qu'elle en a l'élan pas pour éviter la punition ... je paie le train pour contribuer à ce que le service continue et pas pour éviter l'amende)

7) il n'a pas appris à dire "non" en disant "oui" (la girafe sait qu' "un non" est l'expression pauvre d'un "oui" à autre chose)

8) il n'a pas appris à écouter ses sentiments : colère, peur, joie...

9) il utilise la culpabilité et est déchiré par elle : "je suis triste parce que tu m'écoutes pas"

Tout cela est visible dans la réalité par des comportements, faits observables ... je tiens à assurer ici que je ne juge pas, j'observe ...

Tout cela n'est pas à jeter ... le chacal a un il suffit juste, à mon sens, je le constate dans ma vie, de transformer tout cela en sentiments/besoins/demandes pour être dans une toute autre énergie ... plus intense, plus vivante, plus tendre ...

Précisions sur le fonctionnement chacal face à la souffrance[modifier]

Qqn vient me parler de sa souffrance par exemple : "Je suis vraiment en difficulté dans ma relation de couple, c'est pénible, elle m'écoute jamais ... (soupir)"... quel cadeau !

Que font la plupart des individus quand il sont face à qqn en souffrance ? Ils font qqchose. Quoi ? (ces exemples sont en reliés à l'exemple que je reprends ci-dessus). En moyenne, 1 seconde après que cette personne ait dit cette phrase :

Moraliser : "Cette relation te pourrit la vie, quitte-la!"

Déni, réduction : "Allez c'est pas grave, ça va passer, sois cool quoi!"

Conseil : "Viens jouer au Pc, ça te changera les idées."

Retour sur soi : "Tu sais, j'ai connu pire, moi ..."

Culpabiliser : "je suis triste de te voir dans cet état"

Chercher à comprendre : "Et ça dure depuis combien de temps ?"

Corriger : "T'es sûr que t'es pas en colère là"

Comparer : "Bah c'est dejà mieux qu'il y a deux semaines"

Déduire :"C'est pour ça que tu étais absent hier au boulot!"

Imaginer : "Elle doit t'en faire voir de toutes les couleurs"

Dévier sur des anecdotes :"C'est pour ça que tu es arrivé en retard au rendez-vous, ah, je comprends tout!"

Chercher la solution pour l'autre:"Moi, à ta place je ferais ceci ou cela je suis sûr que ça marcherait"

Juger, diagnostiquer :"tu frises la dépression là!"

Clore la question(+culpabilisation) : "Tu m'énerves à parler de tes problèmes, j'en ai rien à faire"

Justifier : "Ca se comprend, tu as vu ton comportement avec elle"

Etc etc etc.

Je vous propose d'ETRE à l'écoute :...(silence de +/-10 secondes) "Tu me sembles peiné car t'as à coeur d'être entendu dans ta relation avec ta femme ?"

Que préférez-vous? Etre jugé ? écouté ? Moralisé ? ... ?

La girafe[modifier]

girafe volante

Elle ne représente pas une personne, elle symbolise l'aspect de toute personne qui a tendance à exprimer et à écouter la vie qui circule en elle (pensées, messages du corps, émotions) qu'elle ressent puis qu'elle exprime sous forme de besoins et de sentiments. Elle formule cela, suite à un événement extérieur, en ayant le souci de respecter la réalité telle qu'elle est en formulant des observations. Pour voir ses besoins satisfaits, elle exprime ensuite des demandes claires, concrètes, réalistes et réalisables (voir définition de la CNV).

Elle est prête aussi à écouter la vie exprimée par les autres, les chacals (tant intérieurs qu'extérieurs) à travers le non-verbal, les jugements, ... en reformulant ce qu'elle croit entendre sous forme de sentiments, besoins et demandes. Elle pose (et se pose) uniquement 2 questions : « Comment te sens-tu ? » « Comment pourrais-je te rendre la vie plus belle ? ». Elle ne fait que 2 choses : célébrer la vie et contribuer à son bien-être, celui des autres et celui de la Terre, la Vie.

Elle a été choisie par Marshall Rosenberg car c'est le mammifère qui a le plus gros cœur (13kg).

Elle est consciente de ses chacals intérieurs et prend du temps pour les écouter car elle voit derrière eux une girafe qui ... ne s'écoute pas. Elle ne voit que des sentiments, besoins et demandes même si ceux-ci ne sont pas énoncés comme tels.

Son but n'est pas d'être parfaite, il est de vivre plus consciemment et vivre surtout une plénitude dans la relation à soi-même, à l'autre et la Vie.

Précisions plus qu'essentielles[modifier]

  • LE CHACAL = UNE GIRAFE QUI NE S'ECOUTE PAS
  • LA GIRAFE = UN CHACAL QUI S'ECOUTE

Un chacal = une girafe avec un défaut d'élocution (proposé par Marshall Rosenberg)

Pages connexes[modifier]

Pour surfer facilement dans les articles traitant du sujet :